ÉLECTIONS FONCTION PUBLIQUE

POINT DE VUE DE MARCEL BLONDEL, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE

Maintenant que les élections du secteur public : Santé, Territoriaux et État sont passées, on peut se le dire entre nous, c’est l’échec.
On va sans doute entendre de certains responsables des secteurs publics concernés que la confédération ne les a pas aidés, comme les régions et les Unions Départementales.
La région Île-de-France attend de pied ferme ces responsables, en effet notre région a fait des efforts énormes sur le plan financier et humain pour les aider. Certains nous ont contactés pour les accompagner. C’est pourquoi nous pouvons nommer les différents responsables de secteur sur moins de cinq doigts d’une main.

LA SANTÉ PUBLIQUE

Le premier à nous avoir sollicités, est le syndicat de la santé publique Hauts-de-Seine (92), pour le financement et la distribution des tracts dans les différents établissements concernant l’ensemble de la région Île-de-France, ce qui a été fait par l’intermédiaire de l’Union Départementale des Hauts-de-Seine (92). De plus, plusieurs rencontres ont été programmées et réalisées avec l’aide et la participation de la région comme de la fédération de la santé publique pour s’organiser et rechercher les candidatures. À ce niveau, on peut déjà faire un bilan, nous n’avons eu que très peu de militants et militantes de la santé en dehors du syndicat de la santé publique du département des Hauts-de-Seine (92) qui a pris ses responsabilités et assuré le travail des responsables de syndicat régional qui étaient absents sur ces actions.
Les résultats des élections de la Santé ne reposent aujourd’hui que sur le syndicat des Hauts-de-Seine (92), et pour partie celui de Paris (75) et partiellement des établissements du Val-d’Oise (95). Pour les autres départements, concernant le secteur de la santé publique, le diagnostic est des plus négatifs. En effet, nous n’avons constaté aucune liste déposée dans certains départements. Avec un tel déploiement, nous ne pouvions pas gagner.

ENSEIGNEMENT PUBLIC & RECHERCHE (EPR)

Le deuxième secteur à nous avoir sollicités est celui de l’Enseignement Public & Recherche. Leur demande était simple et réaliste. Ils souhaitaient qu’on leur donne quelques moyens publicitaires comme de rechercher à travers les Unions Départementales toutes personnes pouvant être sur leurs listes. À noter que les responsables régionaux ont participé activement à la vie de la région sur le plan interprofessionnel, de même qu’elles ont été parties prenantes pour les villages d’Aubervilliers et Paris pour faire connaitre leur secteur au grand public.
Le secteur ayant traversé ces dernières années des conflits, on peut les féliciter d’avoir réussi à préserver la présence de la CFTC auprès de l’Éducation Nationale et Recherche, on peut raisonnablement penser que ce secteur va se développer dans les futures années.

POLICE NATIONALE

Le troisième secteur à nous avoir sollicités est la police nationale, qui nous a demandé de participer à l’envoi de leur profession de foi dans l’ensemble des commissariats de la région parisienne. Les responsables ont fait beaucoup d’efforts pour que la CFTC soit plus forte pour demain. En effet, les résultats à ce jour ne sont pas bons, voire décourageants pour les militants et les militantes, il y a sans doute de bonnes raisons à ce résultat. Pour ma part, je pense que dans la Police, depuis de très nombreuses années sous l’impulsion et l’influence de grosses organisations syndicales, ceux-ci n’agissent que pour les mutations et les obtentions de grades. L’aspect social au sein de la police nationale n’y est pas.
De plus, un grand nombre de ces grosses structures est tout simplement en corrélation étroite avec des partis politiques. Le chemin va être long pour la CFTC mais pas impossible à condition peut-être d’être plus ouvert à l’accueil de nouveaux policiers au sein de la CFTC.

TERRITORIAUX

Le quatrième secteur à nous avoir sollicité est Les territoriaux qui ont essayé, sans doute sur l’impulsion de quelques responsables fédéraux et régionaux, de construire des listes dans différentes communes des départements de l’Île-de-France, mais manifestement en raison d’un grand nombre de conflits qui n’ont jamais été résolus, les résultats sur ces communes ou départements ont été mauvais. L’absence d’implantation dans un grand nombre de communes est également une des raisons de la nonprogression voire de la baisse des voix CFTC. En effet, si on peut avoir quelques beaux succès dans quelques communes dans un département, l’absence d’implantations suffisantes dans ce dit département fait que les résultats de la CFTC sont en baisse.
Les résultats globaux pour les territoriaux sont sensiblement égaux aux dernières élections en raison de l’apport significatif des sapeurs-pompiers. Si je pouvais donner un simple conseil aux territoriaux, pour que ceux-ci progressent :
Premièrement, tout faire pour résoudre les conflits avant que ça ne gangrène le mouvement,
Deuxièmement, se fixer des objectifs simples d’implantation dans les communes de leur département.

Pour conclure :

Et si on faisait un programme de développement ENSEMBLE !!!
Le défi serait simple, par secteur : un ou deux établissements par an, si on s’y tenait, on doublerait nos objectifs, alors on y va ou pas ?

Ci-joint le graphique des différents secteurs professionnels : Santé, Territoriaux, État au niveau national.
Dans les prochaines semaines, nous aurons les résultats pour l’Île-de-France.

')}

L’article ÉLECTIONS FONCTION PUBLIQUE est apparu en premier sur CFTC.